Les besoins de base de l’enfant

Continuons d’échanger autour de la parentalité bienveillante !

Cet article est une synthèse de mes différentes lectures, de mes recherches ainsi que de mes notes lors de mes études en psychologie.

Lorsque bébé naît, il quitte le monde « cocon » de l’utérus pour entrer dans un monde rempli de stimuli. C’est un grand changement pour lui et de plus, il est totalement dépendant de ses parents. Bébé a donc besoin des autres pour survivre.

C’est pour cela qu’il a des besoins fondamentaux qui constituent la base de l’attachement et qui seront le pilier de son développement.

L’objectif de cet article est de vous présenter les « besoins universels incontournables », c’est-à-dire les expériences et soins que tout enfant a le droit d’avoir pour grandir, apprendre et s’épanouir. La petite enfance est le moment le plus décisif et le plus sensible du développement.

Selon Thomas Berry Brazelton, pédiatre et  Stanley Greenspan, pédopsychiatre, « si nous n’arrivons pas à satisfaire les besoins des enfants, le risque est de compromettre la capacité des générations futures sur les plans intellectuels, émotionnels et sociaux ». Selon des études récentes, des interactions chaleureuses, enrichissantes sur le plan émotionnel, contribuent au bon développement du système nerveux central. Les relations affectives constituent les bases essentielles du développement intellectuel et social. Ils insistent sur le fait que « les maturations intellectuelle et émotionnelle dépendent de la profondeur et de la richesse des relations de maternage au début de la vie, processus confirmé par les recherches en neurologie.

Le méta-besoin : le besoin de sécurité

Tout enfant a besoin, pour grandir et s’ouvrir au monde, d’une base de sécurité interne suffisante pour explorer le monde et acquérir des habiletés (physiques, psychologiques, langagière, d’apprentissage, d’estime de soi, et de relations aux autres), favorables à son autonomie et à sa socialisation. L’enfant doit donc pouvoir compter sur un donneur de soin, le « cargiver », appelé également figure d’attachement. Le cargiver doit être disponible pour bébé et lui assurer un portage physique et psychique (le « holding » de Winnicot). Il doit être également stable, prévisible et empathique. Le besoin le plus vital pour l’enfant est celui de sécurité, besoin qui sera fondamental tout au long de sa vie.

Ce méta-besoin à 3 dimensions :

  • Dimension 1 : Les besoins affectif et relationnel
    Le système émotionnel est le premier moyen du bébé pour connaître le monde et c’est lui qui fait démarrer le processus cognitif. Ces besoins sont donc très importants. Bébé a besoin d’être aimé, de sentir qu’il est important pour ses parents et qu’ils sont là pour lui.
    Les parents sont la 1ère source d’amour de bébé, ils constituent sa base de sécurité affective. C’est par le comportement de ses parents envers lui et leurs réactions que bébé apprend à leur faire confiance. Ses parents s’occupent de lui quand il pleure, quand il a faim, et si bébé a des peurs ou des angoisses, ils le rassurent,…En se sentant aimé et entouré, bébé crée des liens de confiance avec les siens : il se perçoit digne d’amour et développe son estime de soi.
    La fonction de la figure d’attachement est donc d’apporter un havre de sécurité à bébé en cas de stress (pour recharger ses batteries, pour le rassurer) ainsi qu’une base de sécurité.

Cette notion d’attachement est très importante pour le développement de l’enfant ainsi que pour son devenir d’adulte. J’y reviendrai dans un autre article pour vous expliquer ce qu’est la théorie de l’attachement et les différents styles d’attachement.

Des études ont montré qu’à l’âge de 2 mois, bébé a déjà des attentes. Si ces attentes ne sont pas prises en comptes, bébé va sentir de la confusion. Les premiers schémas de communication parents/enfant établissement les bases des schémas ultérieurs. Vers dix-huit mois, les enfants ont appris à réguler leurs comportements et sentiments, par la suite ils peuvent attribuer une étiquette aux émotions

A l’âge adulte, en fonction de ce que nous avons connu, nous interpréterons les situations de la même façon que lorsque nous étions petits.

  • Dimension 2 : Les besoins physiologiques et de santé.
    Bébé a besoin de soins. Il doit dormir, être nourri et lavé régulièrement. La satisfaction de ses besoins contribue à sa croissance et à son bien-être. Les parents doivent veiller également à la bonne santé de leur enfant.
    De plus, Brazelton et Greenspan soulèvent  le problème de « la présence courante de toxiques dans l’environnement, qui contaminent le lait maternel, l’eau, le sol et l’air, susceptibles d’atteindre le fonctionnement du système nerveux central et d’entraîner des problèmes en chaîne sur le plan émotionnel, social ou de l’apprentissage. Les difficultés sont encore majorées si les enfants sont exposés à un environnement négligent, punitif ou abusif ».
  • Dimension 3 : Le besoin de protection
    Ici, il est questions en priorité, de protéger l’enfant de toute forme de maltraitance physique, sexuelle, psychologique, de négligence ou d’exposition à la violence conjugale.
    Ensuite, il a également besoin d’être protégé des dangers pour éviter tout accident ou blessure. Mais il est souvent difficile pour les parents de trouver un juste équilibre en le protégeant suffisamment, sans le surprotéger, car les parents agissent davantage en fonction de leurs propres inquiétudes que des vrais besoins de l’enfant…

Un autre besoin important : les limites dans un cadre respectueux.
Les limites permettent avant tout de protéger l’enfant. Il va ainsi intégrer un ensemble de codes et de valeurs sociales. Un cadre éducatif souple est nécessaire afin de développer son autonomie.
L’enfant a besoin qu’on respecte ses goûts, ses intérêts, ses sentiments, ses rythmes d’apprentissage (qui sont souvent différents de ceux de ses frères et sœurs au même âge), ses capacités et sa personnalité. Tous les enfants sont différents et doivent être respectés dans leur individualité. Il ne sert à rien de comparer les enfants entre eux (« il fait mieux que lui » ou « il est plus rapide »,…), car cela risque d’entraîner chez l’enfant un sentiment de dévalorisation.

Le besoin de découverte de soi et du monde.
Plus l’enfant grandit, plus il a besoin d’un accompagnement bienveillant pour apprendre comment son corps fonctionne. Il va apprendre également et intégrer le comportement et les réactions de son entourage.
Un environnement qui stimule l’intérêt de l’enfant ainsi que sa curiosité va faire grandir un désir de connaître et d’apprendre, en évitant, toutefois, les excès (qui peuvent être néfastes pour lui).
Il a donc besoin de réaliser différentes expériences comme par exemple des expériences corporelles, ludiques, créatives, langagières, cognitives,…
L’enfant doit construire des liens avec les autres, être en contact avec des enfants, qui vont lui servir de modèle et de motivateur. En même temps, cela apprend à l’enfant les règles sociales.

Le besoin d’identité.
Tout enfant a besoin de connaître les composantes de son identité comme son sexe, son origine nationale, sa religion, sa culture, …
L’identité se joue également à travers l’appartenance familiale, puis l’appartenance à un groupe de pairs.

Le besoin d’estime de soi et de valorisation
L’enfant a besoin d’avoir une image positive de lui-même pour se faire confiance.
Au cours des trois premières années de vie, trois développements essentiels se mettent en place chez l’enfant :

  • Le premier est un sens clair d’estime de soi
  • Le deuxième est une confiance suffisante pour être altruiste et sensible aux autres
  • Le troisième est la motivation à apprendre.

Quand quelque chose de grave arrive à la relation principale de l’enfant au cours des trois premières années, ces trois développements sont compromis.

Ces besoins sont communs à tous les enfants et c’est le rôle des parents de les combler. Si l’enfant se sent aimé, respecté, guidé et stimulé, il découvre les plaisirs de la vie et la joie de vivre.

Le métier de parent n’est pas inné, c’est un métier « à vie » où chacun fait en fonction de son propre vécu antérieur d’enfant et de ses blessures. Chaque parent souhaite voir leurs enfants heureux ! Au fond d’eux-mêmes, ils sont bienveillants, mais parfois maladroits dans leur façon d’accompagner leurs enfants.

Pour certains, il est difficile de trouver un juste milieu entre une éducation ni trop autoritaire, ni trop laxiste, une éducation respectueuse, sans tomber dans l’excès de bienveillance de l’hyper-parentalité (fait de protéger son enfant de toutes souffrances, parents qui en font trop en prévoyant et contrôlant tout).

« Notre responsabilité n’est pas d’offrir un monde parfait, idyllique, sans souffrance à nos enfants. Notre responsabilité est de ramener la paix dans notre cœur, dans nos foyers, pour pouvoir de plus en plus légers, surfer sur les vagues de la vie ». Camille & Olivier (blog Les Supers Parents)

Prenez soin de vous et de vos enfants !

Corinne

Sources :

  • Ferlan, F. (2014). Le développement de l’enfant au quotidien, de 0 à 6 ans. Edition du CHU Sainte-Justine, Montréal. 259p.
  • Cours psychologie de l’enfant et de l’adolescent – la psychologie socio-émotionnelle – Raphaële Miljkovitch
  • Démarche de consensus sur les besoins fondamentaux de l’enfant en protection de l’enfance (2017). Lien vers le PDF : https://www.cnape.fr/documents/publication-du-rapport-de-la-demarche-de-consensus-sur-les-besoins-de-lenfant/
  • Brazelton, T. et Greenspan, S. (2000). Ce dont chaque enfant a besoin. Edition Marabou, Paris.
  • Faucon Camille. (2017). Les Supers Parents, c’est vous ! Construire en pleine conscience une relation parent-enfant bienveillante. Edition Leduc.

Photo : Pixabay

Vidéo sur le sujet : paroles d’enfants https://www.youtube.com/watch?v=VhiVyLqeCTs

Vidéo sur le sujet : Les Maternelles : les bébés aux « besoins intenses » : https://www.youtube.com/watch?v=QvIp476661o


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s