Parler de la mort aux enfants

Bonjour mes Chers Apprentis,

Aujourd’hui, nous allons parler de l’après-vie, de la conscience et comment expliquer la mort aux enfants. Cet article est issu du livre du Dr Olivier Chambon « Oser parler de la mort aux enfants ».

La mort : ce qu’en pense la science

Livre d’Olivier Chambon

Sur quoi se baser pour leur dire quelque chose de juste concernant la mort, qui leur donnera une compréhension à la fois réaliste et apaisante ?

Le livre du Dr Oliver Chambon répond aux questions les plus fréquentes des enfants, d’une façon simple et en tenant compte que l’âme (la conscience individuelle de l’individu) survit après la mort de son corps physique.

Pour étayer ses propos, il se base sur la conclusion des derniers travaux sur la nature de la conscience, en lien avec la physique quantique et les expériences de mort imminente. Son approche est à la fois scientifique et spirituelle.

Ce livre est un véritable guide pour les parents. Le Dr Chambon est psychiatre, il connaît la psychologie infantile et n’est pas là pour traumatiser vos enfants. Les réponses qu’il donne sont douces et apaisantes sans aucune position dogmatique.

Avec l’évolution des consciences, il est temps d’expliquer aux jeunes une autre façon de concevoir la vie et la mort. Les dernières découvertes scientifiques viennent bousculer des siècles de certitudes scientifiques. Les travaux scientifiques et la spiritualité sont en train  de se rejoindre grâce aux recherches sur le processus de la mort.

Cela fait maintenant 40 ans que des chercheurs s’intéressent aux expériences périmortelles (ce qui se passe avant, pendant et après la mort). Il existe aujourd’hui des réponses précises et rationnelles, fondées sur des faits empiriques, à donner à vos enfants.

Beaucoup de personnes disent que nous n’avons pas de « preuves » de la vie après la mort, or c’est faux, aujourd’hui  il y a suffisamment de faits pour faire office de preuves. Bien sûr, rien n’est prouvé totalement et définitivement.

Les recherches actuelles sur la conscience et le processus de la mort nous montrent qu’il est important de bien comprendre que nos défunts sont vivants, dans une autre dimension, à un souffle de nous. En effet, les données épidémiologiques et scientifiques indiquent que la mort n’est pas une fin, que la conscience est toujours vivante après la mort du corps, qu’elle peut communiquer avec les vivants et que nous retrouvons les défunts que nous avons aimés au moment de notre propre mort.

Des chercheurs ont montré que « 25% des gens ont un contact spontané avec le défunt après la mort d’un membre de leur famille, que cela monte à 50% quand le défunt est leur conjoint et à 75% quand le défunt est leur enfant » (Chambon et Belvie, 2012). Ce sont des découvertes scientifiques très rassurantes.

« Qu’est-ce que c’est de mourir, on va où quand on  meurt ? » Ce sont des questions à la fois innocentes et directes que les enfants peuvent nous poser. Quand on dit à un enfant : « ton papa est mort, tu ne pourras plus le revoir, c’est définitif, il n’existe plus », on lui raconte en fait des histoires fausses, négatives et traumatisantes, alors que scientifiquement l’on sait que des contacts « vivants » sont possibles avec le défunt, et que celui-ci peut venir nous accompagner au moment de notre mort, pour peu qu’il y ait eu une relation aimante entre lui et nous.

Selon Chambon, « Ce n’est pas pour imposer une nouvelle croyance, mais pour vous faire profiter de ce que l’on sait aujourd’hui scientifiquement sur la mort et l’après-vie. La survivance de la conscience après la mort du corps fait partie des expériences prouvées en laboratoire ».

Comment faire quand on ne sait pas quoi dire aux enfants ?

Extrait du livre « Oser parler de la mort aux enfants »

Quand on cache à l’enfant ce qui se passe, on rend son deuil plus difficile. Pourtant, c’est le rôle des adultes de l’accompagner dans cette épreuve. Malheureusement, les parents n’ont pas reçu d’informations scientifiques pertinentes sur le devenir de la conscience après la mort du corps et c’est pour cela qu’ils répondent aux questions de leurs enfants en fournissant des informations vagues, ambiguës et sources de confusion chez eux, comme par exemple « elle est au ciel » (trop abstrait pour l’enfant), ou « il est en voyage » (donc il devrait revenir va se dire l’enfant), ou « elle dort pour toujours » (confusion entre la mort et le sommeil)…

C’est à chacun de trouver les mots qu’il faut, même quand l’adulte est lui-même envahi par le chagrin. Toutefois, « la reconstruction d’un enfant après la mort d’un de ses proches se passe beaucoup mieux si on lui parle ouvertement de ce qu’est en réalité la mort, et qu’on lui explique pourquoi la mort est simplement un départ vers un autre état de conscience, libérée des contraintes du corps. Il reste un lien entre la conscience des vivants et des défunts. Ce lien est fait d’amour et de lumière, et tous ont la possibilité de se retrouver après la mort ». (Olivier Chambon)

Il est important pour le parent d’accepter sans jugement toutes les émotions qui traversent un enfant durant une période de deuil (déni, colère, nostalgie, haine, effondrement, vide, joie,…). Ces émotions doivent être respectées et vécues pleinement, reconnues et entendues par les adultes (parents, enseignants, médecin) afin que l’enfant l’intègre profondément. Ainsi, il pourra vivre ces émotions et les dépasser, tout en permettant au processus de deuil d’achever l’œuvre de détachement. Si l’enfant reste figé dans une émotion parce qu’on ne lui a pas autorisé de l’exprimer jusqu’au bout et qu’il a dû la refouler, elle risque de surgir de manière beaucoup plus forte et douloureuse lorsqu’un futur événement de même nature (une autre perte) viendra la réactiver.

Pour une éducation centrée autour de la conscience et de l’amour

Nos enfants sont naturellement enclins à la spiritualité, ils sont encore proches de leur âme, ouvert à la magie du monde : leur parler de l’âme, de la conscience et de l’amour est d’une évidence étonnante pour eux, cela semble être leur langue maternelle universelle.

Il ne s’agit pas de leur raconter un conte de fées, mais de leur parler de la vie et de la mort avec l’appui de cette nouvelle science avec conscience qui constitue le nouveau modèle du XXIe siècle, basée sur les découvertes de la physique quantique et les travaux universitaires sur la conscience.

Pour Mario Beauregard, docteur en neuroscience canadien, « ce nouveau paradigme promeut des valeurs telles que la compassion, le respect et la paix. En mettant l’accent sur la connexion profonde tissée entre nous et la nature au sens large, il favorise la prise de conscience environnementale et la préservation de notre biosphère ».

La fin de vie n’est pas la seule expérience humaine où il faille insister sur l’importance de la conscience et de l’amour. Il est important d’en tenir compte dans la vie de tous les jours ainsi que dans le monde dans lequel nous vivons et dont nous sommes responsables. Une nouvelle conscience est en train de naître, « nous y participons grandement en éveillant la conscience de nos enfants ».

La mort est cette épreuve ultime qui devrait vous fortifier sur l’essentiel du  ici et maintenant et de ce que «  je fais demain ». Sorte de prise de conscience du sens que l’on porte à notre destinée. Malheureusement, il nous faut souvent traverser, nous les humains, des drames pour nous recentrer sur cet essentiel.

Les enfants sont justement là, dans ces moments critiques, pour nous remettre sur le droit chemin, vers le bon questionnement : qu’est-ce que mourir ? Pourquoi mourir ? Y a-t-il un sens à tout cela ?

Prenez soin de vous,

Corinne

Source :

  • Chambon, O. (2015). Oser parler de la mort aux enfants, approche scientifique et spirituelle. Editions Guy Trédaniel.
  • Photos : personnelle et Pixabay

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s